Chaque mois, nous vous présentons un album à découvrir sur la plateforme de musique Bandcamp dans le cadre de leur initiative Bandcamp Fridays. Cette initiative vise à appuyer les musiciens et musiciennes en leur versant 100 % des recettes de ventes effectuées le premier vendredi de chaque mois.

Si vous avez fréquenté le Vieux-Hull dans les vingt dernières années, il y a de fortes chances que vous avez eu l’occasion de témoigner du talent de David Dufour, alias D-Track, sur les différentes scènes de ce quartier emblématique de Gatineau. David porte plusieurs chapeaux, en plus d’être à la fois rappeur, poète et slammeur, il travaille également au sein de l’équipe de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais où il aide à faire rayonner d’autres talents de la région.

C’est à la fin des années 90 que l’écrivain s’est lancé dans l’arène des « rap battles » à Hull, quand les rivalités entre les différentes villes de Gatineau étaient encore d’actualité. Maintenant avec cinq albums solos à son actif, en plus de ses EP et différents projets collaboratifs, D-Track est un vétéran de la scène hip-hop québécoise. On note souvent ses textes incisifs et authentiques, où il se prononce sur sa propre vie et sa ville natale, mais aussi sur les divers fléaux sociétaux qui nous affligent en ce moment. On peut le placer dans le panthéon du hip-hop conscient, aux côtés de rappeurs tels que Mos Def, Shad, et Kardinal Offishall, grâce à ses paroles qui mettent en lumière des causes comme la libération du peuple palestinien et la réconciliation avec les communautés autochtones.

En 2021, au plein cœur du confinement, D-Track lance l’album collaboratif Hull avec son acolyte Nicholas Craven, compositeur et producteur gatinois. C’est un album à la fois hyper personnel, parlant de sa vie de parent autant que sa vie d’artiste, mais aussi universel, jetant son regard tranchant et sa plume caustique sur plusieurs sujets d’actualité, dont la pauvreté et la toxicomanie. Il est appuyé par plusieurs grands noms du hip-hop francophone, notamment le rappeur français Akhenaton et membre du collectif Alaclair Ensemble, Robert Nelson.

Plus tôt cette année il lance son dernier album, Territoiredelours, faisait référence au fait que l’Outaouais est une des régions où il y a le plus d’ours bruns au Québec et pour rappeler les gens les dangers de l’étalement urbain. Cette fois-ci, ce sont principalement les talents de producteurs de D-Track qui sont à l’avant-plan, avec l’ajout de quelques collaborations avec des rappeurs de la relève, dont CHAM rapper et SeinsSucrer. L’album se mérite une nomination au GAMIQ dans la catégorie « Album rap de l’année », aux côtés d’artistes tels que Calamine, LaF et Dope.gng. En espérant que D-Track reparte gagnant le 27 novembre prochain !

Découvrez l’ensemble de la discographie de D-Track sur Bandcamp et téléchargez son dernier album Territoiredelours.

Chaque mois, l’équipe du Pressoir est fidèle à son poste et vous aide à décortiquer les diverses options culturelles en Outaouais et faire des choix éclairés.  

Même si la période hivernale cogne à nos portes, il n’est pas l’heure d’hiberner! À l’agenda : un enregistrement d’un balado populaire devant public, une journée de portes ouvertes par un collectif d’artiste dans le Vieux-Hull, un laboratoire public d’une pièce autobiographique, une exposition et film qui explore l’anti-art et une autre qui rend hommage au militantisme environnemental, un spectacle de fin de résidence littéraire musicale, une conférence sur le patrimoine cinématique de l’Outaouais, et un concert regroupant deux groupes de la relève musicale québécoise.  

Voici les activités culturelles incontournables choisies par Le Pressoir pour le mois de novembre en Outaouais :  

Le jeudi 2 novembre : Enregistrement du balado Couple ouvert devant public à la Salle Odyssée 

La série balado Couple ouvert, animée par le couple en vraie vie formé de Thomas Levac et Stéphanie Vandelac, est devenue un incontournable de la scène humoristique québécoise depuis son lancement il y a à peine deux ans. À chaque épisode, on invite un humoriste québécois à venir se confier et à régaler le public d’anecdotes croustillantes, saupoudrées des expériences vécues par les animateurs. Mais c’est sur scène devant public que le balado prend vie, où on peut entendre les réactions des gens à vif, comme lors du « spécial dates » enregistré en direct de Gatineau lors du Festival de la radio numérique 2023. Il ne reste que quelques billets, donc faites vite!  

Le samedi 4 novembre : Portes ouvertes par Les artistes du 135 Eddy

Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de faire une incursion dans l’univers créatif des artistes visuels de la région, donc lorsqu’ils ouvrent leurs portes, on se doit d’être au rendez-vous! Depuis quelque temps, la coopérative de solidarité les Ateliers du Ruisseau opèrent des ateliers d’artistes dans l’ancien édifice de la Légion Royale Canadienne au 135 rue Eddy dans le Vieux-Hull. Les artistes qui y œuvrent vous invitent à venir découvrir leurs espaces de travail et leurs projets en cours. Vous y trouverez notamment les artistes Javier Tejeda (qui a signé le visuel de l’événement), Geneviève-Audrey Mercier, Hugo Sabourin, Danielle Doucet, Cinthia Plouffe, Jonathan Fortier, Jenny McMaster, André St-Georges, Christine Joly, Aymara Alvarado Lang, Coco Simone Finken et Olivia Thiland.  

Les 10 et 11 novembre : Pièce 1-90 PERREAULT EST de Lionel Lehouillier à l’Espace René-Provost 

Dans cette pièce de théâtre documentaire biographique, le comédien et dramaturge Lionel Lehouillier plonge dans sa propre histoire de famille pour comprendre le mystère du décès de son grand-père. Avec 1-90 PERREAULT EST, l’artiste propose une incursion dans le monde du crime organisé en Abitibi en retraçant le passé de son grand-père Oscar Lehouillier, « un criminel endurci et un récidiviste notoire, » afin de comprendre l’histoire de sa vie. Assistez en primeur à ce laboratoire public organisé dans le cadre de la résidence de création 3e Œil de L’Avant-première.  

Jusqu’au 11 novembre : Exposition L’anti-musée : un anti-documentaire de Mathieu Copeland à la Galerie UQO 

À la fois un film et une exposition, L’anti-musée : un anti-documentaire se veut une continuation d’un processus entamé par le commissaire Mathieu Copeland, qui s’intéresse à la subversion du rôle traditionnel des expositions. Dans le film de Celine Fitzmaurice, produit par Copeland avec une narration du musicien et artiste Henry Rollins, on explore les effets de la pandémie sur les milieux de diffusion artistique et plus largement sur les idées préconçues sur le rôle de l’art dans une société capitaliste. L’exposition présente le film dans son intégralité, en plus d’œuvres de plusieurs artistes, incluant Stefan Brüggemann et Swetlana Heger, qui explorent les concepts de l’anti-art, l’anti-philosophie et l’anti-musique. 

Jusqu’au 12 novembre : Héritage, une exposition d’Annie Perreault au Centre d’action culturelle de la MRC de Papineau 

Bien plus qu’une simple exposition en arts visuels, Héritage de l’artiste multidisciplinaire de l’Outaouais Annie Perreault, est également une ode au militantisme environnemental de l’artiste. Vous aurez l’occasion de témoigner de la grande dextérité de l’artiste, que ce soit par l’entremise de ses sculptures fabriquées à partir de matières recyclées, ses tableaux multicolores qui incorporent les déchets du quotidien, ou bien même une projection qui fait appel à la réalité augmentée. Une « exposition traite de la nécessité de protéger la nature face à l’urgence climatique, mais d’une manière qui éblouit tant par la beauté du résultat que par la conscience de notre responsabilité ».  

Le jeudi 16 novembre : Spectacle de fin de résidence de de Charlotte L’Orage et d’iLenKa à l’Espace René-Provost 

Une rencontre fortunée lors du projet Express Motel de L’Avant-première entre l’artiste littéraire Charlotte L’Orage et le groupe musical iLenKa propulse le trio à poursuivre la collaboration lors d’une résidence de création avec la Maison des arts littéraires. Que ressortira de cet élan de création collective, où le trio cherchait à « explorer les liens entre les mots et les sonorités »? C’est à vous de découvrir lors de leur spectacle de fin de résidence à l’Espace René-Provost, qui sera suivi d’un entretien entre le public et les artistes.  

Le mercredi 22 novembre : Conférence de Raymond Ouimet sur les cinémas de l’Outaouais au Musée de l’Auberge Symmes 

 Cet automne le Musée de l’Auberge Symmes nous propose deux conférences portant sur les différentes facettes de l’histoire de Gatineau et de l’Outaouais. Suite à une conférence sur l’histoire des Allumettières, c’est maintenant le temps de plonger dans l’histoire des cinémas de l’Outaouais avec Raymond Ouimet, historien et fondateur de la revue d’archives, d’histoire et du patrimoine de l’Outaouais, Hier encore. Il y a une dizaine d’années, l’Outaouais comptait sept différents cinémas sur son territoire, et maintenant nous n’en avons que deux. Raison de plus pour mieux apprivoiser notre patrimoine cinématographique et soutenir les initiatives en cinéma qui existent toujours!  

Le mercredi 29 novembre : zouz et Totalement Sublime en concert au Minotaure 

Le trio zouz regroupe toute une brochette de musiciens bien connus de la scène musicale québécoise, incluant David Marchand, Francis Ledoux et Étienne Dupré, qui explorent multiples genres musicaux tels que le math rock, le noise, et le progressif, pour un résultat propre à eux. En attendant l’arrivée de leur deuxième album, qui devrait être lancé prochainement, ils seront de passage au Minotaure avec la formation électro-pop Totalement Sublime, un duo formé de Marc-Antoine Barbier (du groupe Choses Sauvages) et d’Élie Raymond (du groupe Foreign Diplomats).  

Bonne aventure culturelle! Partagez vos expériences en identifiant Tout culture dans vos publications sur les réseaux sociaux. Vous pouvez nous trouver sur Facebook et Instagram. 

Le Pressoir est une infolettre hebdomadaire qui porte un regard sur la scène culturelle à Gatineau-Ottawa et ses environs.  

Chaque mois nous vous présentons un album à découvrir sur la plateforme de musique Bandcamp dans le cadre de leur initiative Bandcamp Fridays. Cette initiative vise à appuyer les musiciens et musiciennes en leur versant 100 % des recettes de ventes effectuées le premier vendredi de chaque mois.

Ce mois-ci nous vous présentons le producteur Simon Labelle, alias Réservoir, que vous connaissez peut-être comme un des fondateurs du collectif FAU MARDI ou bien comme le directeur artistique du Centre de production DAÏMÔN ainsi qu’un des initiateurs de l’initiative radiophonique éphémère et interdisciplinaire Radio-Hull, un des événements incontournables du mois de septembre choisit par Le Pressoir. Simon incarne différents alias pour ses divers projets, incluant Dolphin Dream Pyramids et Quoi qu’en diront les médias, et son projet Réservoir se base principalement sur des enregistrements sonores sur le terrain.

Le projet musical instrumental Réservoir

Réservoir est un projet de musique instrumentale inspiré de nos environs physiques, architecturaux ou naturels. Son EP, intitulé VHS.1, lancé en 2014, est inspiré de l’architecture brutaliste du complexe Portage. Incorporant des sonorités de la musique dub, les pièces sont plutôt sombres, voir lugubres, évoquant l’effet dévastateur qu’a eu la construction des édifices voués à la fonction publique sur le territoire de l’île de Hull ; un vidéoclip réalisé par Alexis Zeville accompagne parfaitement le morceau « Phase 1 ». Il continue en 2016 avec la sortie de l’album Brume sur la glace, un projet inspiré de l’hiver et du hockey, incorporant des enregistrements de patins sur glace, bâtons d’hockey et cris de joueurs. En 2020 il lance la pièce « Horizontal » sur la compilation EMINQC Vol. 3, une série d’albums mettant en vedettes des créations électroniques faites au Québec lancée par le label Unlog de Montréal.

Ce qui nous amène à son nouvel album La pêche aux ondines, paru le 19 avril dernier sur le label Jeunesse Cosmique, une maison de disque qui se veut « une alternative à toute responsabilité commerciale de nos jours ». On est toujours dans la musique instrumentale, mais on s’éloigne de la musique dub des sorties précédentes et on s’approche à un style plus ambient et plus léger, incorporant des sonorités plus douces. Enregistré lors d’un séjour dans un chalet dans les Laurentides, l’album est construit autour d’enregistrements de sons de la nature modulés pour en faire des compositions musicales. Lors d’un entretien avec Marika Bellavance à l’émission Les matins d’ici, Simon l’invite dans son studio au centre DAÏMÔN pour la plonger dans son univers. L’artiste lui montre non seulement comment son enregistrement se fait, mais aussi comment il manipule ensuite les sons dans le programme Ableton Live, pour les développer en chansons.

L’album évoque l’été au bord du lac dans la forêt avec ses journées longues et langoureuses. Ou, comme dit l’artiste, « je souhaitais que le sensoriel du temps et du lieu s’épanche dans les oreilles ; les idées qui tanguent quand on a passé l’après-midi en kayak, les motifs derrière nos paupières lorsque nos rétines sont marquées du scintillement des vagues, la chaleur du quai en bois sur la peau, les odeurs humides le lendemain d’un orage, l’ensemble choral du vivant. »