Le roman de M. Molière

    vendredi 27 janvier 2023
    20 h
    du 27 janvier au 28 janvier
    Salle Odyssée (Maison de la culture de Gatineau)
    855, boulevard de la Gappe
    Gatineau (Québec) J8T 8H9

    Moscou, avril 1930. L’écrivain Mikhaïl Boulgakov est désespéré. Depuis trop d’années, les censeurs de Staline interdisent à peu près tout ce qu’il écrit. Et voilà que le poète Maïakovski se suicide. Panique. Le lendemain, le téléphone sonne. Au bout du fil : Staline. Qui lui a trouvé un emploi. Car en dépit de la censure, Boulgakov est son auteur préféré. Pas étonnant que peu de temps après, l’écrivain se mette à rédiger comme un enragé un roman biographique sur Molière, la censure des dévots et ses relations avec Louis XIV.Frappée par l’extraordinaire actualité du destin de Boulgakov et de son regard admiratif sur Molière, Lorraine Pintal, dont le talent est immense pour les œuvres à grand déploiement, a demandé à Louis-Dominique Lavigne, auteur au verbe généreux et grand connaisseur de l’auteur russe, d’adapter l’œuvre pour la scène.Boulgakov est là sur scène et sous nos yeux, alors qu’il essaie de régler ses problèmes avec les théâtres, les éditeurs et la police politique. Il nous fait vivre Molière tel qu’il l’imagine. Il nous le montre s’affranchir de sa famille pour faire du théâtre, tomber amoureux de la comédienne Madeleine Béjart mais épouser la jeune Armande. On assiste à sa rencontre avec le Roi Soleil, à son ascension comme directeur de troupe et à sa fureur devant l’interdiction de Tartuffe. Mais, surtout, on observe sur une même scène Molière et Boulgakov, deux immenses auteurs que trois siècles séparent, faire face au même enjeu terrifiant: le pouvoir absolu d’un seul homme.

    Texte Mikhaïl Boulgakov

    Adaptation libre Louis-Dominique Lavigne

    Mise en scène Lorraine Pintal

    Distribution Simon Beaulé-Bulman, Jean-François Casabonne, Sabri Attalah, Benoît Drouin-Germain, Caroline Bouchard, Juliette Gosselin, Rachel Graton, Noémie O’Farrell, Jean Marchand et Éric Robidoux

    Production Théâtre du Nouveau Monde

    Mots-clés

    Enregistrer